Le blog RH de Fyte

Si vous aimez le contact et le service, le suivi des litiges, le support du service commercial, ou encore la gestion du service après-vente, dirigez-vous vers l’Assistanat, ce sera le… Lire la suite

La musique impacte-t-elle la productivité et le bien-être des salariés ?

La musique, bien plus qu’un simple hobbie Écouter de la musique dans sa voiture, dans son salon ou dans les transports en commun est devenu un geste simple du quotidien pour tous…. Lire la suite

10h30 : la pause-café devant la machine à café, 12h30 : déjeuner au bureau (ou pour les plus chanceux d’entre nous) sur une belle terrasse, 16h30 : la pause au… Lire la suite

Les folles aventures des campagnes de recrutement !

Le recrutement classique vous ennuie ? Vous voyez passer nombre de candidatures aux mêmes couleurs ? Voici, pour vous inspirer, quelques exemples de campagnes de recrutement originales à souhait !… Lire la suite

A la rescousse des entreprises : l’esprit start-up revêt son masque

Soyons honnêtes. Les startups, c’est audacieux, c’est libre, c’est créatif et ça donne envie ! Alors pourquoi ne pas s’en inspirer un peu plus ? Vous menez une grande entreprise et vous… Lire la suite

Le soleil affecte-t-il réellement la productivité des employés ?

La relation entre soleil et travail Y a-t-il véritablement un lien entre jour ensoleillé et efficacité au travail ? Pour Gilles Brien, météorologue à Environnement Canada depuis 33 ans, c’est… Lire la suite

Et BIM ! Le recruteur vous a rappelé afin de convenir d’un rendez-vous ! Félicitations, votre CV a probablement attiré son attention, maintenant à vous de jouer ! Car il… Lire la suite

Transformer l’entrepreneuriat et l’entreprise ? C'est possible !

Édouard CAILLEAU, digital entrepreneur, dirige depuis quelques mois la société COOCKPIT, agence-conseil et développement en solutions numériques. Leur objectif : piloter la création de valeurs dans les entreprises à travers… Lire la suite

TOTEM mobi

Emmanuelle Champaud, co-fondatrice et Présidente de TOTEM mobi, passionnée par le marketing et également une militante écolo convaincue, a partagé avec nous les coulisses de la création de cette startup… Lire la suite

Ditto Banque, figure du renouvellement bancaire

  C’est un renouveau que vit le secteur bancaire depuis quelques années. Avec l’apparition des banques en lignes, banques accessibles sur internet, et des néobanques, cette fois-ci spécialisées dans l’utilisation… Lire la suite

Ditto Banque, figure du renouvellement bancaire

 

C’est un renouveau que vit le secteur bancaire depuis quelques années. Avec l’apparition des banques en lignes, banques accessibles sur internet, et des néobanques, cette fois-ci spécialisées dans l’utilisation mobile, les modes de consommation tendent à changer dans le secteur. C’est sur ce dernier que se place Travelex, leader mondial des fournisseurs de devises étrangères, avec sa nouvelle néobanque appelée Ditto. Sur ce sujet, nous avons eu la chance d’interviewer  Nicky Picard, Responsable du Contrôle de Gestion, et Christian Cuney, Responsable Audit Interne de l’entreprise. Une interview pleine de découvertes, que l’on vous invite à continuer ci-dessous !

Qu’est-ce que Ditto Bank ?

Ditto Bank est une banque française nouvelle génération à ambition mondiale proposant un modèle multidevise encore inédit. Ditto Bank dispose de sa propre licence bancaire et a réussi le pari de réunir la fiabilité d’une banque et la flexibilité d’une Fintech. Au service des personnes ayant un besoin régulier en devises (voyageurs réguliers, expatriés, frontaliers, etc.), Ditto Bank permet d’ouvrir des comptes courants dans plusieurs devises, de gérer son argent, de réaliser des virements et des transactions de change, le tout depuis une application mobile créée pour et avec l’utilisateur toujours au centre d’une expérience sans couture.

Ditto est une expression anglo-saxonne qui signifie « la même chose ». Nous avons choisi ce nom car nous souhaitons construire une même offre bancaire complète pour tout le monde.

Le concept de Ditto Bank a été inspiré par l’expérience des membres de notre équipe. Chacun d’entre nous a connu une situation où gérer son argent entre plusieurs devises faisait partie de son quotidien, que ce soit lors d’une expérience à l’étranger ou à son arrivée en France. Et nous partageons tous ce même constat : les banques traditionnelles ne sont pas adaptées à un mode de vie international, leurs offres sont segmentées selon les usages, et les coûts liés au change sont bien souvent opaques. De ce constat est né Ditto Bank, solution unique couvrant tous les besoins que requiert un mode de vie international, à un tarif juste et transparent.

 

Vous avez reçu, en 2017 le Prix RB de l’innovation pour votre application mobile. L’offre mobile est-elle, selon vous, devenue indispensable au secteur de la banque ?

L’offre mobile est devenue une attente du client. Les usages des services bancaires mobiles sont en croissance perpétuelle depuis 15 ans. Ces usages sont également liés à une évolution des mœurs liées aux nouvelles technologies. Ditto Bank est ainsi la première banque digitale française conçue pour les personnes qui vivent entre plusieurs devises au quotidien. Au sein d’une interface 100% mobile, l’utilisateur ouvre un compte courant en quelques minutes. Libre à lui d’ouvrir ensuite autant de comptes dans autant de devises qu’il le souhaite instantanément. L’utilisateur alimente ses comptes en achetant des devises d’un simple glissement de doigt. Il peut aussi conserver, envoyer et recevoir des devises dans un seul endroit. L’ensemble des comptes est adossé à une seule et unique carte MasterCard Gold qui permet de payer ou de retirer de l’argent sans frais supplémentaires partout dans le monde. Quant aux frais appliqués, Ditto Bank mise sur la transparence : un abonnement mensuel de 9.90€ pour l’ensemble des services tandis que la marge de change est plafonnée à 1% du montant de la transaction sans aucune commission ou frais additionnel.

 

Quels sont selon vous, les futurs enjeux du secteur bancaire?

Selon moi, les enjeux bancaires, sans être très futuriste, tournent autour de deux axes en constante évolution : l’adaptation aux nouveaux besoins de clients notamment la mobilité et le respect des contraintes règlementaires. Ces deux enjeux peuvent bien sûr être adressés via la digitalisation.

–         Pour l’aspect nouveaux besoins – ou peut-être nouveaux modes de consommation – cela se traduit via la simplification du parcours client, l’instantanéité du service (pour un virement d’une devise à une autre, ou l’octroi d’un crédit par exemple), l’accompagnement du client dans son mode de vie (gestion multiple de devises via un compte, épargne solidaire ou plaisir…).

–         Pour l’aspect réglementaire, la digitalisation permet d’automatiser des traitements historiquement très manuels tels que le KYC (connaissance client), l’identification des fraudes avec l’assistance du machine learning…

Toutefois, la digitalisation n’est qu’un moyen pour parvenir à ses fins et ne peut donc constituer une finalité en soi. Celle-ci doit se décliner dans l’ensemble de l’entreprise et ses processus, c’est le point de départ, elle ne doit pas être une couche supplémentaire comme cela peut être le cas dans les banques traditionnelles qui pâtissent de leurs infrastructures dites « legacy ».

Voyez-vous une fin des banques traditionnelles avec l’émergence de la fintech, que ce soient les banques en lignes ou les néobanques?

Il s’agit en effet d’un sujet qui est régulièrement évoqué dans les médias et c’est également un des scénarios évoqués par le Comité de Bâle (Sound Practices : Implications of fintech developments for banks and bank supervisors, publié en août 2017). Rappelons qu’aujourd’hui il est impossible de se passer des banques traditionnelles : même les fintechs y ont recours pour pouvoir réaliser certains services (compte de cantonnement, émission de messages de paiements internationaux…). Les banques comme nous les avons connues doivent évoluer car, comme dit précédemment, les populations auxquelles elles s’adressaient ont également évolué. Nous voyons plutôt pour l’avenir un nouvel écosystème entre fintech et banques traditionnelles ; cette collaboration permettra au secteur bancaire de voir fleurir de nouveaux produits et de nouvelles fonctionnalités.

Pensez-vous que l’arrivée de l’intelligence artificielle dans le secteur bancaire pourrait redistribuer les cartes au sein du secteur? 

L’intelligence artificielle n’est pas un concept nouveau, il est apparu pour la première fois dans les années 50. En revanche, les évolutions technologiques permettent d’améliorer continuellement l’IA : machine learning, deep learning. L’intelligence artificielle n’est pas spécifique aux banques, l’ensemble des secteurs a pu identifier des bénéfices à l’utilisation de cette nouvelle technologie. Comme évoqué plus tôt, l’IA est une technologie et doit donc être intégrée dans la réflexion le plus en amont possible. Les cas d’utilisation déjà identifiés aujourd’hui dans les banques traditionnelles ont pour vocation de réaliser des économies d’échelle sur des fonctions classiquement réalisées par des back-offices, mais elle va permettre aussi aux plus petits acteurs d’avoir un étalonnage adapté pouvant améliorer le traitement d’une volumétrie d’opérations croissante. D’autres usages sont également identifiés sur la partie « front » des banques avec la mise en place de chatbots pour répondre aux questions des clients.
L’intelligence artificielle et de façon plus générale les nouvelles technologies vont profondément modifier les modèles économiques des banques. Comme dans tout changement, certains acteurs y parviendront plus facilement que d’autres.


FYTE – Find your talent easily

Cabinet de recrutement digital.

>> Des outils et une organisation innovante pour booster vos process de recrutement!

Découvrez nos meilleurs talents !